samedi 11 juin 2011

"The Season" de Sarah MacLean



RESUME : Angleterre de la Régence. Lady Alexandra Strafford a 17 ans et s'apprête à faire son entrée dans le monde de la haute-société londonienne. En effet, cette année, elle sera "débutante" et participera comme il se doit à tous les bals pour se trouver un mari digne de son rang. Mais Alex ne cherche absolument pas l'amour, pas plus qu'elle ne cherche à rentrer dans le moule : dotée d'une forte personnalité, elle aime dire ce qu'elle pense et déteste par-dessus tout les essayages de robes. Avec ses deux amies Ella et Vivi, elle s'apprête donc à subir "the season" plus qu'à y participer avec enthousiasme. Mais voilà, son ami de toujours, le séduisant Lord Blackmoor vient de perdre son père dans des circonstances plus qu'étranges. Tout se complique pour la jeune fille.

MON AVIS : Je me suis procuré ce livre suite à la très bonne critique qu'en a fait Nicole de l'excellent Word for teens, le classant dans son top 3 de 2010. Malheureusement, je n'ai pas été conquise... Il s'agit ni plus ni moins qu'un roman à l'eau de rose. J'ai d'ailleurs appris depuis que c'était la première incursion de Sarah MacLean dans l'unviers des YA novels et qu'elle était avant auteur pour adultes de... romans à l'eau de rose !
L'intrigue "policière" (je préfère mettre des guillemets) n'est qu'un pretexte pour rapprocher Alex et Lord Blackmoor et c'est finalement ça l'intrigue principale du livre : will they ? won't they ? (le suspens est intenable !). Les personnages sont cependant plutôt attachants. Alex est une vraie pile électrique qui enchaîne gaffe diplomatique sur gaffe diplomatique. Dommage que la psychologie de ses amis ou de ses frères ne soit pas plus développée, le roman y aurait gagné en profondeur. L'époque "austinienne" est bien retranscrite même si les descriptifs des tenues sont parfois un peu longs (mais n'oublions pas que ce livre s'adresse à un public féminin). J'ai particulièrement apprécié le rappel de ce qu'était être une jeune fille de bonne famille à cette époque : être mariée à 16 / 17 ans sous peine d'être mise "on the self", c'est-à-dire au placard; être obligée d'être chaperonnée en permanence pour se pas perdre sa réputation, etc. 
En conclusion, un roman qui se lit très très vite (l'anglais est très accessible) mais qui n'est qu'un divertissement léger. Mais c'est aussi ce qu'on demande de temps en temps !
Petite remarque en passant : j'ai vraiment du mal avec cette couverture...

Editions Scholastic, 2009, 345 p.
Non traduit en français

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire