jeudi 13 octobre 2011

"Une bonne épouse indienne" d'Anne Cherian



Résumé : Neel a quitté l'Inde et sa famille pour faire de brillantes études de médecine en Californie. Désormais anesthésiste, il partage son temps libre entre sa passion pour le pilotage et sa maîtresse blonde aux yeux bleus, Caroline. Célibataire à 35 ans, sa mère, son père, son grand-père, sa tante... bref, toute sa famille, désespère de le voir marié. A chaque visite qu'il leur rend, tout le monde essaie de lui présenter des filles. En vain. Neel souhaite échapper à cette tradition du mariage arrangé. Mais lorsqu'il se rend au chevet de son grand-père malade, une machination familiale se met en marche et le voilà fiancé, puis marié, à Leila. Fou de rage, il repart aux Etats-Unis avec sa nouvelle femme, bien décidé à demander le divorce rapidement. Mais Leila n'est pas soumise et effacée comme il l'a d'abord cru. Petit à petit, elle va s'affirmer et se faire une place dans ce couple "de façade".

Avis : J'avais très envie de littérature indienne depuis un moment. Attribuons cela au temps maussade qui sévit.
Anne Cherian est américaine, mais elle est née et a vécu très longtemps en Inde. Difficile pour une occidentale de comprendre ce concept de mariage arrangé, où deux personnes se rencontrent par l'intermédiaire de leurs familles et leur font confiance pour se marier. Mais en même temps, cela fait intégralement partie de la culture indienne et d'après l'ouvrage en tout cas, les jeunes gens se laissent facilement guider. En effet, à une époque, il n'était pas rare que 3 générations cohabitent, ce qui nécessitait une grande entente entre eux. Les grands-parents et les parents avaient donc leurs mots à dire sur leur future bru.
Autant Leila est décidée à se prêter à la tradition, autant Neel la refuse en bloc. Les pensées de chacun sont très bien décrites, chaque chapitre alternant les points de vue des deux jeunes époux. Leila a déjà 30 ans, a essuyé plusieurs refus d'époux potentiels et n'est déjà plus attractive sur le "marché du mariage". Son union avec Neel la terrifie mais la remplit de joie en même temps, d'autant plus qu'il est le symbole de la réussite. Elle souffre énormément de la façon dont il l'ignore et la traite en étrangère. Pour Neel, même si Leila est belle et cultivée, elle reste celle qu'on lui a imposé de force et par la ruse. Il la rejette donc violemment et ne peut pas faire d'effort. Il oscille malgré tout en permanence entre son envie d'américanisation et une certaine nostalgie de ses racines indiennes.
Ce livre est très bien écrit, on rentre vraiment dans la tête de Neel et Leila. Il est difficile de ne pas prendre parti pour la jeune femme que son mari ignore, mais on ne peut s'empêcher de le comprendre. J'ai vraiment eu un coup de coeur pour cette très belle histoire qui nous aide à mieux appréhender ce que sont les mariages arrangés.

Traduit de l'anglais par Josette Chicheportiche, Folio, 503 p., 2011.

2 commentaires:

  1. Ta critique me donne envie de l'offrir à une amie. Quel est le niveau de lecture ?

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu la version française et si la traduction est fidèle à la VO, le style doit être fluide, pas de phrases ampoulées. Et il y a un lexique à la fin pour les termes indiens. Sinon, un autre ouvrage "indien" à offrir et qui est très sympa, c'est "La colère des aubergines" de Bulbul Sharma. Mais attention, il donne faim !

    RépondreSupprimer