jeudi 24 mai 2012

"Heartless" de Gail Carriger


Résumé : Lady Alexia Maccon pensait se reposer pendant son dernier mois de grossesse. C'était sans compter sur les vampires de Londres qui lui envoient des porcs-épics zombis pour se débarrasser d'elle et de son enfant à naître. Sans compter non plus sur ce fantôme qui lui parle d'un attentat contre la reine, sur sa soeur qui a rejoint le mouvement des sufragettes et sur Madame Lefoux, en pleine construction d'un drôle d'engin mécanique. Armée de son fidèle parasol, Alexia va donc devoir remettre tout ce petit monde dans le droit chemin.

Avis : Ce livre a un peu pris la poussière sur mon étagère. J'avais été déçue par le tome 3 de la désormais célèbre série de steampunk de Gail Carriger, du coup, j'avais un manque de motivation pour entamer celui-là. Et puis, à l'occasion d'un voyage, j'avais envie d'un roman qui se lise vite. Bien m'en a pris ! On retrouve vraiment la base de ce qui fait le charme des premiers opus. Nous revoilà donc à Londres, Lady et Lord Maccon sont réunis, pour le meilleur et pour le pire, Lord Akeldama et ses drones sont omniprésents et surtout, surtout, il y a du steampunk à gogo. Je rêve de voir ce tome adapté au ciné pour pouvoir apercevoir "en vrai" l'octomaton de Madame Lefoux (en français dans le texte). Je deviens un peu obsédée par les pieuvres et autres octopodidés.
L'intrigue principale ne casse pas des briques puisque le complot contre la reine est noyé par l'affaire Biffy, qui a bien du mal à accepter son nouveau statut de loup-garou et à faire le deuil de son ancienne vie. Heureusement, ce qui se passe avec la ruche de la comtesse Nadasdy vient un peu booster tout ça. Parce que j'aime bien Biffy, mais de là à lui consacrer une grande partie de l'histoire...
On a un peu du mal aussi à imaginer une Alexia enceinte de 8 mois se lançant dans toutes ces aventures sans sourciller, sauf... à 5 pages de la fin. On sait qu'elle n'est pas comme tout le monde mais prendre l'attelage plusieurs fois par jour, manquer tomber du haut d'un immeuble, courir après un monstre mécanique, tout ça, ça vous secoue un peu quand même...
Mais mis à part cet aspect qui m'a fait froncer les sourcils à plusieurs reprises, ce tome part beaucoup moins dans tous les sens que le précédent, qui frôlait souvent le grand n'importe quoi. Du coup, de savoir que le prochain se déroule en Egypte me freine un peu. J'aime beaucoup trop l'environnement londonien ! Et surtout, rendez-nous l'octomaton !!

Lecture que j'inscris bien évidemment dans le défi Steampunk !





Orbit, 385 p., 2002.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire