jeudi 31 mai 2012

"Tout va pour le mieux !" d'Alain Monnier


Résumé : Benjamin cumule les diplômes en économie et en marketing et souhaite ardemment séduire l aplus belle fille de sont école de commerce. Mais ses parents, lassés d'entretenir ce Tanguy en puissance, décident de lui couper les vivres (d'autant plus qu'ils sont de gauche et supportent moyennement d'avoir un fils capitaliste...). Il se tourne alors vers son professeur de fac et mentor pour l'aider à décrocher son premier job. C'est chose faite quand Benjamin rencontre le patron d'un hypermarché qui lui confie le rayon poissonnerie. Tout s'enchaîne et le voilà baladé d'une usine de basket en Chine au désert saoudien, en passant par un paradis fiscal. Sa naïveté désarmante arrivera-t-elle à le sortir des situations ubuesques dans lesquelles il se trouve entraîné malgré lui ?

Avis : Transposition moderne du "Candide" de Voltaire, ce livre ne se prend pas au sérieux. Certains passages frôlent le politiquement incorrect (je pense au passage en Arabie Saoudite), mais en ces temps où la langue de bois est de rigueur, c'est plutôt rafraîchissant.
Il n'y a absolument aucun temps mort, car chaque chapitre nous plonge dans une aventure différente, avec une ou des nouvelles rencontres. Chaque chapitre possède d'ailleurs un titre : "Ce qu'il advient de Benjamin au tribunal", "Où Benjamin écoute les conseils de quatre prix Nobel", "De l'expérience de Benjamin dans l'usine de chaussures", etc.
Bien sûr, le mal suprême est le marché et le capitalisme, à cause de qui chacun ne pense qu'à ses profits et perd le sens de la communauté. Les notions économiques sont vraiment centrales à l'ouvrage. Attention, nul besoin de sortir d'une école de commerce pour comprendre l'histoire. Tout ceci n'est que prétexte pour pousser Benjamin dans des aventures rocambolesques. Les personnages sont tous caricaturaux, mais cela est bien évidemment voulu : le prof de fac qui exploite ses étudiants, le patron qui vire ses cadres de plus de 50 ans pour embaucher des petits jeunes au SMIC, l'esclave saoudienne, le gouverneur d'un paradis fiscal,... Je regrette juste l'histoire d'Astrid, qui n'ajoute vraiment rien. Ce n'était pas la peine de la faire tomber aussi bas dans la déchéance. Et je suis un peu partagée sur la fin, que je ne voyais pas du tout comme cela. Dur d'imaginer le groupe de personnages se mobiliser pour un tel projet.
Il s'agit d'un roman d'apprentissage, où Benjamin, plein de certitudes et de belles idées sur l'économie devra revoir un peu sa copie.
Une lecture très rapide en ce qui me concerne, qui a été divertissante. Mais qui ne m'a pas poussée outre mesure à réfléchir au monde dans lequel nous évoluons.

Flammarion, coll. Etonnantissimes, avril 2012, 191 p.

2 commentaires:

  1. super livre je le conseil a tous

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre était partit pour être une bonne histoire de notre époque, les problèmes du système, les pays importants du monde, le Marché économique, la religion, etc...
    Mais après les 10 premiers chapitres, l'histoire ne ressemble plus à rien.
    Le héros croise son amoureuse de partout dans le monde, et se fait attaquer par un poulpe par la même occasion...
    Assez déçu en fin de compte.

    RépondreSupprimer