dimanche 24 juin 2012

"Ma vie avec les chimpanzés" de Jane Goodall


Résumé : Si Diane Fossey est associée aux gorilles, Jane Goodall est indissociable des chimpanzés, autres grands singes d'Afrique. A travers ce récit autobiographique, l'ethologue nous explique comment est venue sa passion des animaux sauvages et comment elle a pu réaliser son rêve : les étudier et travailler à leurs côté au quotidien.
Elle commence bien évidemment par sa jeunesse en Angleterre, heureuse bien que marquée par la guerre. On comprend tout de suite que la faune et la flore sont pour elle une obsession. Toute petite déjà, elle tient des carnets de croquis et d'observation de la nature, elle dresse le chien des voisins, s'occupe des chevaux au haras le plus proche de chez elle. Devenue secrétaire, elle part à Londres pour travailler mais ne renonce pas à son rêve de partir en Afrique étudier les animaux. Toutes les semaines, elle se rend au museum d'histoire naturelle pour prendre des notes et elle accumule toutes les lectures qu'elle peut trouver. Une succession de hasards et de bonnes rencontres lui permettent de concrétiser son voeu le plus cher. Au début des années 60, la voilà qui s'envole au Kenya, qui deviendra sa terre d'accueil ainsi que le lieu privilégié de ses observations. Dès lors, elle n'aura de cesse de faire connaître son travail à travers le monde et de protéger les chimpanzés qui nous ressemblent sur bien des points.

Avis : Cette édition de L'école des loisirs s'adresse à la jeunesse mais le texte en lui-même concerne absolument tout le monde. Au-delà de la première partie autobiographique, Jane Goodall décrit son travail d'observation des chimpanzés et nous montre comment elle a fait pour gagner leur confiance et s'approcher d'un groupe. Comme tout travail avec des animaux, on parle en terme d'années pour arriver à un résultat ! Les singes sont en effet plutôt méfiants. Elle nous parle ensuite de la fondation qu'elle a créée pour faire connaître son travail de protection à travers le monde et ainsi récolter des fonds, notamment pour mettre en place des refuges pour des chimpanzés malades, abandonnés, anciens animaux de compagnie, de cirque...
On découvre également une personne très courageuse (inconsciente ?), qui n'hésite pas à partir seule à 25 ans à peine dans des vallées inexplorées ou alors accompagnée d'un ou deux hommes seulement. Et ce, même quand la guerre éclate dans la République Démocratique du Congo toute proche. Que dire de ses faces à faces surprises avec des léopards et autre animaux sauvages ? Je me demande encore comment elle a fait pour ne pas finir en sandwich pour fauve...
Jane Goodall nous amène aussi à réfléchir sur le statut de l'animal dans nos sociétés et à l'exploitation qu'en fait l'homme : animaux de cirque, animaux sauvages pris comme animaux de compagnie, exploitation par la publicité, par les laboratoire pharmaceutiques, les zoos privés, etc. Evidemment, tout cela a un côté bon samaritain mais à aucun moment on ne tombe dans le misérabilisme. Si vous n'aimez pas spécialement les animaux, cette partie du livre ne vous parlera pas forcément. J'ai un gros côté "Brigitte Bardot" ce qui fait que j'ai été sensible au message diffusé à travers les dernières pages. J'avoue avoir été touchée par le récit qu'elle fait de sa rencontre avec un bébé chimpanzé de quelques mois sur un marché en Afrique. Le petit est destiné à être vendu mais il est dans un état sanitaire déplorable, attaché par une corde à une minuscule cage en fer. Quand Jane s'approche de lui, elle émet le grognement caractéristique des chimpanzés qui se saluent et le singe réagit tout de suite. Cependant, impossible de l'emmener sans encourager le vendeur à en chasser un autre... Que faire ? Tout va bien quand on a des appuis à l'ambassade des Etats-Unis. Je n'en dirai pas plus !
C'est aussi un livre qui transmet un message positif, qui nous incite à réfléchir à ce qu'on fait pour protéger l'environnement au quotidien, les gestes simples qui font un peu avancer les choses. Une fois encore, pas de culpabilisation, ce que j'apprécie.

Pour en savoir plus sur Jane Goodall et son travail, vous pouvez vous rendre sur le site de la fondation Jane Goodall qui a une antenne en France :

L'école des loisirs, 104 p., 2012.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire