dimanche 12 août 2012

"Arsène Lupin : L'Aiguille creuse" de Maurice Leblanc


Résumé : Au cours d'un cambriolage qui tourne mal, Raymonde de Saint-Véran tire sur un des malfaiteurs, qui s'écroule. Mais quand les domestiques partent à la recherche du fugitif, il ne trouve aucune trace du corps. Il semblerait qu'il ne s'agisse de nul autre qu'Arsène Lupin, le célèbre gentleman cambrioleur. Raymonde est enlevée en représailles par la bande du voleur mais quelques jours après, le cadavre d'un couple est retrouvé. Les deux jeunes gens sont-ils morts ? C'est ce que tout le monde pense, sauf Isidore Beautrelet, étudiant en rhétorique et détective à ces heures qui se met en tête de découvrir la vérité sur 1. le motif initiale du cambriolage au château du comte de Gesvres et 2. sur la disparition de Lupin. Ce qu'il découvre va au-delà de ses espérance et l'emmène sur les traces du secret de l'Aiguille Creuse, secret des Rois de France.

Avis : Voici le deuxième opus des aventures d'Arsène Lupin que je lis mais il ne s'agit toujours pas du premier tome ! Ceci ne gêne en rien la compréhension de l'histoire, d'autant plus qu'on retrouve 2 personnages familiers de l'univers de Maurice Leblanc : l'inspecteur Ganimard et Herlock Sholmès. Mais on n'en apprend toujours pas plus que ça sur le passé d'Arsène Lupin. A peine discerne-t-on 2-3 éléments sur sa façon de vivre : la taille de son équipe, sa relation avec sa servante, etc.
Le point positif de ce roman est la présence d'Isidore Beautrelet, qui au départ se mêle à l'aventure par curiosité mais qui finit par être complètement hapé par l'univers de Lupin. Sa façon d'analyser la situation diffère de celle de la police et le mène beaucoup plus loin, même si cela apparaît parfois comme tiré par les cheveux. Il part d'abord de ses propres hypothèses et déductions avant de partir des faits qui s'offrent aux forces de l'ordre, arguant qu'avec Arsène Lupin, rien n'est jamais ce qu'il semble être.
La lutte que se livrent le cambrioleur et l'étudiant semble perdue d'avance pour Isidore mais à chaque fois qu'il tombe ou qu'il part sur une fausse piste, il réussit quand même à avancer dans son enquête.
Le secret de l'Aiguille creuse, secret d'Etat, est un peu gros pour être honnête mais apporte une dimension historique à l'intrigue qui est la bienvenue.
Le rythme ne ralentit à aucun moment ce qui en fait une lecture très rapide. Et oui, on veut savoir ce qu'Isidore va mettre à jour.
Ganimard et Herlock Sholmès ne sont vraiment que des prétextes et ont un rôle vraiment réduit - même si particulièrement dramatique concernant le détective anglais.
En bref, une autre très bonne lecture de vacances !

Le livre de poche, 216 p., 2010.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire