jeudi 13 septembre 2012

"Mes voisins les Yamada" de Hisaichi Ishii


Résumé : Dans la famille Yamada, il y a Takashi, la père, salaryman d'une grande entreprise, Matsuko, mère au foyer, Noboru et Nonoko, les deux enfants encore scolarisés, Shige, la grand-mère maternelle et Pochi, le chien. Tout se petit monde vit sous le même toît et partage donc son quotidien. Du repas du soir, en passant par les matchs de sumo à la télé, voici une plongée pleine d'humour dans la vie d'une famille japonaise typique.

Avis : Coup de coeur ! Ce manga en trois tomes est un regroupement de yonkoma, des petites histoires en 4 cases, qui ont été publiées entre 1991 et 1993 dans le célèbre journal Asahi Shinbun.


On y découvre la vie au Japon à travers les petits évènements du quotidien : une sortie au restaurant, les courses du samedi en famille, la passion des enfants pour les jeux vidéos, le travail communautaire de la grand-mère, la popularité du base-ball, l'importance de l'étiquette et du cérémonial dans les rapports avec les autres... Tout ce qu'on croit savoir du Japon, en sorte, mais vu de l'intérieur.
Hisaichi Ishii se fait aussi le témoin de son époque puisque de nombreuses références à l'actualité du pays sont faites à travers les pages, que ce soit l'élection d'un premier ministre, le mariage d'un sumotori célèbre ou la venue d'Hilary Clinton.
Mais la qualité principale de ce manga, c'est l'humour omniprésent. En effet, rien n'est jamais banal avec les Yamada et tout prend une tournure comique. Chaque membre de la famille a ses défauts qui les rendent tous plus attachants les uns que les autres. Noboru, le collégien fénéant qui s'endort sur ses devoirs. Matsuko, presque incapable de tenir un intérieur, obsédée par ce qu'elle va tenter de cuisiner. Pochi, qui fait toujours la tête.
Je me suis souvent surprise à rire aux éclats face à des situations hilarantes et des dialogues truculents.
Par contre, j'avoue modestement être passée à côté de certaines cases, pour cause de référence à un personnage inconnu ou à une situation de politique intérieure par exemple. 
Chaque tome en soi est très volumineux, pratiquement 350 pages à chaque fois, mais ils se lisent très vite et surtout ne nécessitent pas une lecture suivie. En effet, chaque histoire est indépendante et se suffit à elle-même. Le style est très épuré et les cases sont bien délimitées, ce qui rend la lecture vraiment agréable.
A noter, "Mes voisins les Yamada" existe aussi en film d'animation, réalisé par le studio Ghibli.

Delcourt, collection Shampoing, 2009.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire