lundi 28 octobre 2013

"Hanté" de James Herbert





Résumé : David Ash est appelé à se rendre à Edbrook, demeure familiale des Mariell, pour enquêter sur une série d'apparitions qui perturbent ses habitants. Armé de son équipement hightech, David sent qu'il n'aura pas besoin de rester longtemps dans cette grande maison mal entretenue. Mais les Mariell sont bien décidés à ne pas lui faciliter la tâche. Pour quelle raison l'ont-ils finalement fait venir ? Pourquoi Edbrook semble-t-elle se nourrir de l'énergie vitale de l'enquêteur ?

Avis : Voici un auteur anglais très prolifique dans les genres horreur et fantastique que je ne connaissais pas du tout. Mais c'est bien ça l'intérêt des challenges, faire des découvertes !
A la recherche d'une histoire de fantômes et de maisons hantées, j'ai arrêté mon choix sur celui-là. Le secret de Crickley Hall du même auteur me tentait bien aussi mais la longueur m'a quelque peu dissuadée de le lire pour le challenge Halloween (j'ai un rendement lecture plutôt faible ces derniers temps...).
Hanté nous emmène donc sur les traces de David Ash, être rationnel dont le travail consiste à donner des explications scientifiques pour des phénomènes inexpliqués. David est un personnage torturé, perdu entre sa volonté de prouver que les esprits frappeurs n'existent pas, mais hanté par le souvenir de sa petite soeur disparue dans des circonstances dramatiques (d'où le titre "hanté" et non pas "hantée", pour la maison). Au fil des années, il s'est forgé une carapace que ses collègues et amis ont du mal à pénétrer (je ne suis même pas sûre qu'il en ait, des amis).
Je ne vais pas vous mentir, ce livre est une déception. Pas parce qu'il est mal écrit ou l'histoire ridicule. Plutôt parce qu'il faut attendre la page 310 (sur 375) pour avoir un peu d'action et pour que les choses se précipitent. Pour une peureuse comme moi, je n'ai ressenti d'angoisse ou d'oppression à aucun moment. Aucune scène ne m'a scotchée à mon fauteuil ou ne m'a suivie une fois le livre reposé. Moi qui pensais lire une histoire qui allait me donner la chair de poule, pas du tout. Peut-être n'ai-je pas pris le bon livre de cet auteur ? La couverture laissait certes présager quelque chose du domaine de l'épouvante mais je ne me suis pas assez renseignée avant de l'acheter.
On sent bien que la famille Mariell est plus que louche et qu'ils cachent un secret bien noir entre les murs d'Edbrook. Mais on tourne vite en rond, l'intrigue n'avance pas très vite et plusieurs fois je me suis retrouvée à me dire "Venons-en au fait, je vous prie !".
Une scène cependant m'a bien plue et se détache du reste de l'histoire. David Ash et Edith Phipps, une médium, s'invitent à une séance de spiritisme dans le but de démasquer un imposteur. Cependant, leur intervention déclenche un évènement spectaculaire et très TRES bien décrit : même si la fausse médium ne communique pas avec les esprits, ils sont bien là et irrités qu'on se moque d'eux. Ils prennent donc possession du corps du charlatan pour entrer en contact avec leurs proches. La description qui suit est très impressionnante et très visuelle. J'avais littéralement l'impression d'être coincée dans ce salon avec tous ces gens et ces fantômes.
Anecdote concernant le chien qui garde Edbrook : à la lecture de sa description, je pensais être face à un  pitt bull ou un autre chien d'attaque... Et bien non, il s'agit en fait d'un bouvier bernois ! Je ne dis pas que ces chiens ne sont pas de redoutables gardiens, mais franchement, j'avais l'impression de me trouver face à une bête enragée. Du coup, ça casse un peu l'ambiance les fois où David le croise et tremble de peur.
La relation de David avec sa collègue Kate McCarrick n'apporte pas grand chose à l'histoire. Je n'ai même pas trop compris l'intérêt des passages où ils sont tous les deux. Par contre, j'ai apprécié le personnage d'Edith, la médium travaillant pour l'Institut de Recherches Métapsychiques. Elle se rapproche de l'idée que je me fais d'un médium (si je croyais à ce genre de choses, of course). J'ai regretté que son personnage n'ait pas plus d'importance dans le déroulement des évènements.
Bref, une lecture en demi-teinte : un roman qui se lit vite mais un roman qui ne fait pas peur !
 
(NB : si un participant au challenge veut le lire, je le fais voyager bien volontiers).



Milady, 377 p., 2010.

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Et du coup, moi je me suis noté "Le secret de Crickley Hall" pour la prochaine édition. James Herbert aura encore du succès !

      Supprimer
  2. J'ai bien aimé aussi ce livre, mais le deuxième tome est beaucoup mieux je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'apprends qu'il y a un 2ème tome ! Je m'en vais de ce pas lire le résumé.

      Supprimer
  3. J'avais bien aimé ce roman, il ne révolutionne pas le genre mais j'avais quand même passé un bon moment au coin du feu.
    Après, j'ai préféré "Le secret de Crickley Hall".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde parle en bien de celui-là, il va falloir que je mette la main dessus. (pour l'édition 2014 du challenge ^^)

      Supprimer