mercredi 9 octobre 2013

"The Mist" de Stephen King

 
 
Résumé : David habite avec sa femme et son fils de 5 ans au bord d'un lac dans le Maine. Une tempête s'abat sur eux et cause de gros dégâts matériels. David décide alors de partir avec son fils et son voisin au supermarché local pour acheter de quoi faire les premières réparations. Mais avant de prendre la route, il aperçoit une nappe de brouillard suspecte avançant vers eux sur le lac. Alors qu'ils sont dans le magasin, quelqu'un arrive couvert de sang et hurle que quelque chose a emporté son ami dans le brouillard. Alors que tous le regardent de travers, le brouillard s'abat à l'extérieur du bâtiment. Ceux qui sortent ne reviennent pas et des cris terrifiants se font entendre. Que faire ? Partir quand même ou rester ? Bientôt, il n'y aura plus de choix possible.
 
Avis : Dire que je connais l'oeuvre de Stephen King serait mentir. En effet, je n'ai lu que deux romans ("Salem" et "The Talisman"), et encore, "The Talisman" a été écrit à 4 mains avec Peter Straub. Autant ce dernier livre fut un grand moment de lecture - j'ai bien pleuré d'ailleurs - autant "Salem" m'avait terriblement déçue (j'ai un niveau d'exigence élevé en matière de vampires). Depuis, je tourne autour de certains titres sans oser me lancer. Je pense notamment à "Marche ou crève" qui à notre époque doit avoir une résonnance particulière (vive la télé poubelle télé réalité).
Mais revenons à "The mist". Initialement publié dans le recueil de nouvelles "Skeleton Crew" ("Brume" en français), son adaptation cinématographique en 2007 l'a propulsée sur le devant de la scène et en a fait un volume à part entière. Malgré ses 210 pages, il s'agit bien d'une nouvelle. Stephen King est en effet un habitué des livres à 700 - 1000 pages, voire des séries en plusieurs tomes.
Après avoir lu un résumé des autres nouvelles, je ne regrette pas d'avoir porté mon choix sur celle-là, beaucoup moins terrifiante que les autres. Il ne s'agit pas d'une nouvelle d'épouvante au sens strict du terme. Quelques scènes sont un peu gores, mais rien de méchant. Un seul chapitre m'a fait dresser les cheveux sur la tête - The expedition to the pharmacy, mais quel chapitre ! Il s'agit avant tout d'un roman d'ambiance puisque nous voilà face à un huis-clos. L'auteur décrit particulièrement bien tous les comportements que l'homme peut adopter lorsqu'il est confronté à un évènement incompréhensible qui le dépasse complètement. En l'occurrence, ce brouillard dans lequel se cachent des créatures insectoïdes et des tentacules.
Des groupes et des alliances se forment, des gens que l'on pensait forts mentalement perdent complètement pied ou au contraire, certains que l'on méprisait se retrouvent meneurs d'hommes.
Bien évidemment, comme nous sommes dans du Stephen King, un ver est dans le fruit. En l'occurence, la vieille Madame Carmody, propriétaire un peu mystique d'un magasin d'antiquités, qui voit dans cet évènement un châtiment divin. Son discours nauséabon sur la fin du monde gagne de plus en plus de fidèles à mesure que l'espoir diminue dans le magasin. Je vous le donne dans le mille, sa solution pour s'en sortir est un sacrifice humain. Sympa.
J'ai particulièrement apprécié la personnalité de David, le narrateur, qui se trouve coincé là avec son fils de 5 ans qu'il tente de rassurer et de protéger tant bien que mal. Il reste l'un des seuls à garder la tête sur les épaules au cours de ces trois jours d'enfermement et ce malgré les heures éprouvantes auxquelles il doit faire face. Sa femme qu'il a laissée seule dans leur maison habite chacune de ses pensées. Commentaire hautement philosophique de Monsieur quand je lui ai résumé la situation : "Comme quoi il faut toujours aller faire les courses". Au moins j'ai bien ri.
Tous les personnages qui apparaissent apportent beaucoup de richesse à l'histoire et aucun n'est caricatural. Mention spéciale à Ollie, employé du supermarché que j'aimerais beaucoup avoir comme collègue.
La fin ne m'a pas étonnée, je n'en voyais pas d'autre et elle convient parfaitement au reste de l'histoire.
Je suis ravie d'avoir retrouvé Stephen King par cette nouvelle. Je ne m'arrêterai donc pas là. Par contre, ne comptez pas sur moi pour voir le film malgré les bonnes critiques reçues. Quelques images aperçues sur Internet m'ont fait comprendre qu'il n'était pas du tout pour moi.
 
Lecture que j'inscris bien évidemment dans le Challenge Halloween (puisque je l'ai lue exprès !).
 

 

Signet, 230 p., 2007.

8 commentaires:

  1. C'est un Stephen King que je n'ai pas lu mais j'ai vu le film lors d'une petite soirée Halloween, il y a trois ans et franchement, je ne le conseille pas, ça nous a un peu plombé l'ambiance. On l'a trouvé long et glauque bof! Heureusement on a ensuite retrouvé le moral avec Shaun of the Dead... ;)
    En tout cas, ça a l'air assez fidèle concernant l'histoire mais je pense que j'aurais préféré lire le roman. Je te souhaite d'autres bonnes découvertes avec Stephen King.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fin de la nouvelle n'est visiblement pas celle du film (cf commentaire de So)... J'ai l'impression que les adaptations de Stephen King suscitent rarement l'enthousiasme ! Je pense aussi que le réalisateur a dû en rajouter sur le gore alors que finalement, c'est très peu présent dans le texte.

      Supprimer
    2. C'est marrant, c'est une des rares adaptations de Stephen King que je trouve vraiment bonne... Je ne l'ai pas du tout trouver long au contraire... comme quoi, les goûts et les couleurs... :-)

      Supprimer
  2. J'adore cette nouvelle, comme tu le dis les personnages sont vraiment bien construits ! J'adore aussi le film qui est très réussi, je préfère même la fin à celle du roman...Pourquoi ne veux-tu pas le voir ? Tu penses qu'il te ferait trop peur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, sans aucun doute, je passerai les 2h du film cachée derrière un coussin, même en connaissant l'histoire. J'ai un niveau de tolérance à l'angoisse très limité et pourtant je suis sûre que je passe à côté de très bons films.

      Supprimer
    2. Ah ça, ça ne se discute pas :-) Pour ma part je cherche toujours LE film d'horreur qui me fasse peur ^^

      Supprimer
  3. Tu me donnes envie de lire ce texte, j'ai très envie de retrouver Stephen King d'ailleurs... j'ai été particulièrement impressionnée par "Salem", mes autres lectures remontent à l'adolescence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille vraiment ! Le recueil dans sa totalité vaut aussi dans doute le coup.

      Supprimer