jeudi 12 décembre 2013

"Et puis, Paulette..." de Barbara Constantine

 
 
Résumé : Ferdinand se sent bien seul depuis le départ de la ferme familiale de son fils, sa belle-fille et ses deux petits-fils. Même s'il a des amis qu'il voit régulièrement et qu'il va régulièrement en ville, cette grande bâtisse manque de vie. Quand sa voisine qu'il connaît à peine se retrouve sans toît (littéralement !), c'est spontanément qu'il lui propose de venir s'installer chez lui le temps des travaux. Marceline accepte et de fil en aiguille, d'emménagements successifs en emménagement successifs, c'est une joyeuse bande déparaillée qui va finir par cohabiter.
 
Avis : Lecture agréable qui m'a fait passer un trajet en train, j'émets cependant un petit bémol après avoir lu ce roman.
L'idée de départ est très bonne, un livre chorale autour de la solidarité et de l'entraide inter-générationnelle. A une époque où chacun reste dans son coin et ne s'intéresse que très peu à ses voisins, cette histoire remet un peu de baume au coeur. Même si l'ensemble déborde de bons sentiments, on se surprend à aimer voir comment tous ces personnages interagissent entre eux, quel sera le prochain à rejoindre la ferme et quels projets ils vont mener de front.
Aucun n'est parfait, ils ont tous leurs petites travers. S'il fallait trouver deux personnages principaux, je dirai bien sûr Ferdinand, qui est le premier à lancer sa chaîne de solidarité et Marceline, sa voisine qu'il accueille ce fameux soir de tempête. Mais celui que j'ai préféré, c'est l'âne ! Toujours à essayer de se faire la malle et à réclamer de l'attention. ^^
Le style étant ce qui m'a principalement chiffonée. On est dans du style parlé, à la limite du grossier, voire carrément dedans pour une bonne partie du roman. Les personnages s'envoient des "quel gros naze !" à la figure et puis les fautes de français s'accumulent. Un passage un peu moins littéraire que les autres ne me pose pas de problème, surtout s'il correspond bien à un personnage, mais là, c'était pratiquement tout le livre. C'était rigolo de lire les lettres de Ludo mais j'ai trouvé qu'il y avait une accumulation qui m'a gênée, même si j'ai régulièrement lu des romans "non littéraires" sans que cela me pose trop de problème. Mon seuil de tolérance était dépassé avec celui-là, allez savoir pourquoi.
En tout cas, l'histoire me paraît parfaite pour la saison, avec un petit côté conte de Noël.
 
A noter : l'édition que j'ai lue est une réédition dans une collection jeunesse.
 
Le livre de poche jeunesse, 286 p., 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire