mardi 7 janvier 2014

"Les Belles Années de Mademoiselle Brodie" de Muriel Spark

 
 
Résumé : (4ème de couverture) Dans l'Ecosse des années trente, Mademoiselle Brodie enseigne de façon peu conventionnelle dans une école de filles les plus huppées du pays... Une conspiration "administrative" se développe contre cette institutrice d'avant-garde qui a rassemblé autour d'elle un petit groupe constitué de ses meilleures élèves.

Avis : Nouvelle incursion en Ecosse, cette fois avec un livre se déroulant dans la première moitié du XXème siècle à Edimbourg.
En préambule, je dirais que je ne suis pas sûre que le personnage Melle Brodie soit fait pour séduire le lecteur. L'intriguer et le faire réagir oui, le séduire, non. C'est une femme qui a une aura indéniable, mais qui est aussi une grande manipulatrice et une grande intriguante. En effet, il faut voir la façon dont elle imprime durablement sa marque dans l'esprit de ces jeunes filles pour comprendre. Elle régit son clan de façon autoritaire, tout en leur faisant croire que c'est une faveur que d'en faire partie. Chaque fillette est différente des autres, avec ses points forts et ses défauts, sauf peut-être Mary qui semble cumuler les imperfections. L'enseignante sait comment modeler ces différences et en tirer partie. La loyauté sans failles que les jeunes filles lui témoignent tout au long de leur scolarité est sa plus éclatante réussite.
Melle Brodie clame sans arrêt être dans son bel âge et se consacrer à ses élèves, mais je pense qu'elle a la nostalgie de ses jeunes années et les revit une deuxième fois à travers les filles de son clan. On ne peut pas appeler "belles années" des années qu'on vit par procuration. La trame la plus évidente est celle qui met en scène le professeur de dessin M. Lloyd avec qui Melle Brodie vit une histoire impossible puisqu'il est marié. Du coup, elle n'a de cesse d'essayer de pousser vers lui ses élèves pour voir ce qu'il en ressortira.
Par contre, ses manières non-conventionnelles d'enseigner m'ont bien plu et j'ai souri lors des passages où elle demande à ses élèves d'ouvrir leur livre de grammaire "comme ça si quelqu'un arrive, il pensera que l'on fait de l'anglais". Mais sa vision du monde reste beaucoup trop romantique et sa fascination pour Mussolini et Hitler est plus que douteuse.
Le personnage le plus sympathique est celui de Sandy, fillette à l'imagination débordante et au sens de l'observation aiguisé. C'est elle qui verra le plus clairement les failles de son enseignante. Et comme on apprend très tôt dans l'histoire qu'elle finira soeur au couvent, on est forcément intrigué par son parcours.
A l'occasion de cette lecture, j'ai découvert que Muriel Spark était une auteur prolixe puisqu'elle était également poétesse, nouvelliste et biographe (d'Emily Brontë et Mary Shelley). A noter également : ce roman a été adapté au cinéma en 1969 avec Maggie Smith dans le rôle-titre.
Un roman qui fait réfléchir aux figures qui ont pu nous servir de modèle et aux influences extérieures qui façonnent notre personnalité.

Le Serpent à Plumes, collection Motifs, 238 p., 2006.

2 commentaires:

  1. Roh direct, je l'ajoute à ma liste de livre à lire !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je verrai donc ce que tu as pensé du personnage de Miss Brodie !

      Supprimer