dimanche 11 mai 2014

"Le passage du diable" d'Anne Fine


Résumé : Daniel Cunningham voit sa vie voler en éclat lorsqu'il est arraché à sa mère qui l'a maintenu enfermé depuis sa plus tendre enfance. Arguant d'une malédiction, cette dernière l'a isolé du reste du monde, ne lui laissant accès qu'à des livres et des jouets. Ainsi, lorsqu'il est recueilli par le docteur Marlow et sa famille, l'adolescent n'emporte avec lui que la maison de poupée de sa mère. Alors qu'il fait ses premiers pas dans le monde et qu'il crée des liens avec ses bienfaiteurs, il va mettre à jour des secrets terrifiants sur sa famille. Secrets liés à cette bien jolie maison de poupées.

Avis : Voilà un résumé et une couverture qui paraissaient bien prometteurs. J'avais l'impression d'être devant la tristement célèbre maison d'Amityville. Aussi me suis-je lancée dans cette lecture en oubliant quelque peu qu'il s'agissait d'un roman jeunesse.
On ne présente plus Anne Fine, dont les deux romans les plus célèbres sont Journal d'un chat assassin et Mrs Doubtfire. Une chose est sûre, son style est travaillé, les phrases bien tournées et bien construites ce qui fait que le lecteur se régale. J'avais déjà fait ce constat à la lecture du très bon La guerre sous mon toit.
En revanche, la déception fût grande concernant l'aspect fantastique de l'histoire. Je m'attendais à frissonner face à cette maison de poupée mystérieuse mais point du tout... Une scène seulement tranche avec la monotonie du reste, la visite du narrateur à sa mère lorsqu'elle est enfermée à l'hôpital. Sinon, rien de bien angoissant. Jusqu'au bout j'ai attendu quelque chose d'un peu "corsé", mais ce n'est jamais arrivé. Du coup, les rares passages censés faire frissonner apparaissent démesurés. Est-ce parce que c'est un roman jeunesse ? Je regrette que l'élément fantastique soit aussi peu présent, d'autant que tous les éléments sont réunis : oncle lunatique, maison de poupée, poupée ensorcelée, grand manoir perdu dans la fôret, etc. Du grand classique, mais de quoi être efficace quand même !
L'ensemble est plaisant à lire et j'ai été vraiment séduite par le narrateur et sa façon d'appréhender ce monde qui s'ouvre à lui. Ses rapports avec les autres personnages sont très bien décrits et j'ai préféré ces passages au reste de l'histoire.
Une lecture agréable donc, avec une narration intéressante, mais qui pèche par la sous-exploitation de son thème central.

L'école des Loisirs, collection Medium, 306 p., 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire