mardi 22 juillet 2014

"ça" de Stephen King


Résumé : Vous n'aimez pas les clowns ? Vous avez bien raison ! A Derry, petite ville du Maine, des disparitions d'enfants ont lieu par dizaines. Parfois, on retrouve leur cadavres et souvent, ils sont mutilés. Un clown étrange les aborde, avec des ballons de toutes les couleurs. Bill vient de perdre tragiquement son petit frère et se trouve confronté à des évènements angoissants et inexpliqués. Au cours de l'été 1958, il réalise qu'il n'est pas le seul à voir des choses horribles. D'autres gamins sont eux aussi face à une terreur sans nom. Pour venger Georgie ainsi que pour tous les autres disparus, sept enfants vont se lier et se battre contre Ca. Ca, le mal absolu, protéiforme, qui a élu domicile à Derry et qui ne compte pas s'en laisser chasser.

Avis : Roman culte s'il en est , je me suis attaquée à ce double pavé frissonnante par avance. J'avais notamment en tête quelques images tirées du téléfilm du début des années 90. Si quelques moments de terreur m'ont fait renoncer à me lever une nuit pour boire, je suis globalement déçue de ma lecture.
Divisé en deux tomes, très TRES longs (750 et 630 pages respectivement), Stephen King utilise un procédé narratif particulièrement habile pour nous entraîner à la suite de la bande des sept gamins. Nous suivons en effet leurs aventures, à la fois en 1958 lorsqu'ils ont 11 - 12 ans et en 1985, une fois adultes quand ils reviennent à Derry. Le parallèle entre les deux époques est plus qu'évident. Dans le deuxième tome notamment, il arrive qu'un chapitre commence en 1958 et se termine en 1985. On veut évidemment savoir ce qui est arrivé à chacun (première rencontre avec Ca) et comment ils l'ont repoussé une première fois. Mais on attend également avec impatience la confrontation ultime en 1985.
Là où j'ai bien accroché au 1er tome (malgré des longueurs), le tome 2 m'a ennuyée. Je l'ai lu uniquement pour savoir qui allait mourir et comment - quelle justification horrible ;) ! L'explication cosmogonique sur le pourquoi du comment de Ca m'a laissée perplexe et la manie de Stephen King de rentrer dans des détails à n'en plus finir sur un personnage secondaire qui va mourir 2 pages plus loin ont freiné mon enthousiasme.
Cependant, je conçois tout à fait que ce roman soit une oeuvre majeure et qu'il ait parlé à des générations successives. Son atout numéro un : rapeller que l'enfance est un moment magique, où tout est possible du moment qu'on y croit (le pire comme le meilleur). Bien évidemment, une touche de morale pointe son nez : à plusieurs on est plus forts, l'amitié et l'amour sauveront le monde, même le dernier des losers a quelque chose à apporter... Mais celà est distillé subtilement tout au long du texte. Il s'agit d'un roman d'initiation, où sept enfants vont basculer dans l'âge adulte, perdre leurs illusions sur l'enfance et sur leurs parents. Quelques passages très durs montrent des adultes de Derry laissant des enfants se faire tabasser et / ou enlever sans lever le petit doigt.
Concernant l'horreur, on est bien servi dans la première partie : décapitation, démembrement et autres arrachages de membres en tout genre, cadavres à moitié mangés, etc. Bref, du gore, sachant que le clown maléfique s'attaque en priorité aux enfants. Mention spéciale au petit de 2 ans 1/2 retrouvé explosé dans ses toilettes par sa mère... Vous voilà prévenus.
Quelques passages m'ont sincèrement fait dresser les cheveux sur la tête. Je pense notamment à celui où Stan entre dans le château d'eau ou encore quand Georgie imagine ce qui l'attend dans sa cave avant d'y descendre. C'est là où Stephen King est très fort : il arrive à faire ressurgir chez les adultes des peurs qu'ils pensaient bien enfouies. C'est le cas pour moi : j'ai longtemps eu peur du noir et aller seule à la cave était un vrai cauchemar. Du coup, ça m'a rappelé certains épisodes pénibles de mon enfance.
Mais globalement, ce roman est beaucoup trop long. Les passages de terreur se noient dans le reste. Je suis contente de l'avoir lu mais cette lecture ne m'a enthousiasmée outre mesure. On m'a chaudement recommandé The Shining, à voir....
Note sur l'édition : j'aime beaucoup cette couverture pour une édition récente, toute en sobriété. On remarque la taille du nom de l'auteur : on voit tout de suite que le seul nom de Stephen King fait vendre... Le titre apparaît à peine !




Le livre de poche, 799 p. + 638 p., 2013.

4 commentaires:

  1. J'ai vraiment envie de les lire, mais j'ai une légère phobie pour les clowns alors j'hésite... Par contre, je suis d'accord avec ta remarque sur l'édition, le titre est quasi inexistant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre ne te guérira pas de ta phobie, ça c'est sûr ! :) Mais le clown n'est qu'une des nombreuses formes que prends "ça"... Et ce n'est pas la pire (moi non plus je n'aime pas les clowns...).

      Supprimer
  2. Depuis le film et encore plus depuis la lecture du livre j'ai en horreur les clowns (et aussi les grappes de ballons de baudruche, je crois que la scène au début du livre m'a traumatisé à vie).
    J'ai mis du temps à lire ce livre, surtout le T1, alors que j'ai enchainé le 2, mais j'en garde un très bon souvenirs et je le relirai.
    "it" prends la forme d'un clown mais c'est surtout chacune de nos peurs. Et je crois bien que c'est ça le pire.
    SK a réussis à me faire faire des cauchemars avec ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo pour avoir vu le téléfilm, il n'est juste pas question que je m'en approche. Rien que de voir Tim Curry déguisé et maquillé en clown, j'ai des sueurs froides.....

      Supprimer