mercredi 20 août 2014

"Le dernier évènement" de Yoo Eunsil


Résumé : Comme tous les ans depuis plusieurs années, le grand-père de Yongouk annonce qu'il va mourir. Il demande donc à son petit-fils de faire venir sa famille auprès de lui pour un dernier adieu. Mais comme il a trop crié au loup, personne ne prend au sérieux cet appel. Quand l'inévitable finit pourtant par se produire , tous les proches de Papi sont là pour procéder aux rites funéraires et se rappeler la vie du défunt. Yongouk, qui était très proche du vieil homme, découvre à cette occasion quelques secrets de famille et va vivre les 24h les plus intenses de sa vie.

Avis : Cette lecture n'avait pas très bien commencé en ce qui me concerne... Le pauvre papi que tout le monde ignore et son petit fils Yongouk que tout le monde traite comme un moins que rien... Je me disais que j'étais face à une histoire peu réjouissante. J'ai pourtant bien fait de m'accrocher car j'ai passé un très bon moment.
Le thème n'est pourtant pas très joyeux - la mort d'un aïeul et ses conséquences - mais nous voilà face à une famille qui se retrouve, voir se découvre autour de cet "évènement". Chacun a une personnalité bien affirmée ce qui donne lieu à quelques échanges cocasses. Mention spéciale à la découverte de la tenue choisie par le grand-père ! Attention passage culte ! Traitée avec légereté mais néanmoins avec pudeur, la perte d'un grand-parent est le thème central de ce roman que nous lisons à travers les yeux de Yongouk, petit-fils dévoué. Un lien particulier l'unissait avec son grand-père et ils ont toujours été très proches. D'abord parce qu'ils partageaient la même petite chambre, mais ensuite parce qu'ils partageaient nombre de petits secrets de leur existence. J'ai été touchée par la banalité mais finalement la profondeur des petits riens de la vie qui les liaient. Yongouk découvre que son grand-père qu'il chérit n'était pas un père exemplaire et qu'il a beaucoup fait souffrir sa femme et ses enfants. La question du pardon est abordée, même si Yongouk se demande pourquoi les mots gentils pour son grand-père arrivent après sa mort. Moralité : ne pas attendre que les gens ne soient plus là pour leur dire qu'on les aime et qu'on les apprécie. J'ai été particulièrement émue par cette histoire car j'ai eu la chance d'avoir des grands-parents absolument formidables et maintenant qu'ils ne sont plus là, je pense encore à eux très souvent. Je comprends tout à fait l'attachement réciproque du vieil homme et de son petit-fils.
C'est aussi l'occasion de découvrir les rites funéraires en Corée, bien loin des nôtres : le défunt choisi une tenue de son vivant pour partir dans l'au-delà, on fait des offrandes de nourriture devant son portrait, les visiteurs défilent pour lui rendre un dernier hommage et déposent de l'argent dans une urne, on leur offre un vrai festin... Sans parler de la place des personnes âgées qui n'est pas la même d'une civilisation à l'autre. En Asie, il est généralement de coutume de prendre avec soi ses parents. Plusieurs générations vivent donc sous le même toît avec ce que cela implique dans l'organisation du quotidien.
Une note de l'auteur à la fin de l'ouvrage vient éclairer la morale du texte (extrait) : "Même si nous n'avons pas tous mené une vie exemplaire, je souhaiterais que nous soyons tous acceptés par les nôtres au moment de notre mort. Je voudrais que chacun puisse comprendre, tel Yongouk qui a si bon coeur, à quel point il est dur ne pas être aimé".
Une lecture émouvante sur la famille et le deuil que je recommande chaudement.

L'école des loisirs, mars 2014, 173 p.

2 commentaires:

  1. C'est vrai que le résumé n'est pas des plus réjouissants mais il laisse entrapercevoir une belle lecture, chose confirmée par ton billet ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une édition jeunesse mais je pense que le message est universel. Oui, c'était une belle lecture, et une belle surprise aussi.

      Supprimer