lundi 1 février 2016

"La mer en hiver" de Susanna Kearsley



Résumé : Carrie McClelland s'inspire d'un fait historique pour écrire son nouveau roman : le débarquement avorté du roi Jacques en Ecosse qui devait lui permettre de réclamer sa couronne. Alors qu'elle s'installe au plus près d'un des hauts lieux du complot jacobite, le château de Slains, la jeune femme constate qu'elle est envahie de souvenirs aussi précis qu'inattendus. Une certaines Sophia s'impose à elle depuis le XVIIIème siècle et lui dicte ses mots. Carrie comprend qu'elle doit se laisser porter par l'histoire, la sienne avant tout.

Pourquoi ce livre : Repéré depuis un moment dans le catalogue des éditions Charleston, je me lui suis fait offrir à Noël.

Avis : Moitié romance, moitié cours d'histoire, un poil fantastique, je suis bien en peine de cataloguer ce roman. Une chose est sûre, il nous fait voyager en Écosse, sur la côte Nord-Est plus précisément, au château de Slains, où se déroule 90% de l'histoire.
Les descriptions du paysage sont de toute beauté, qu'il s'agisse du présent ou du passé.



La précision de l'ensemble nous transporte vraiment sur ces plages battues par le vent ainsi que sur les collines environnantes. Tous les lieux cités existent vraiment et même si l'auteur s'est accordé des libertés avec l'histoire, elle a tenu à rendre son récit aussi fidèle que possible aux évènements du début du XVIIIème siècle.
Le procédé qui permet à Carrie d'écrire son livre m'a paru un peu grossier sur le coup (au sens de gros) mais on finit par s'y faire et rapidement cela n'a plus spécialement d'importance. Je me suis déconnectée de ça pour me concentrer sur l'aspect historique que je ne connaissais pas du tout.
L'ouvrage est bien documenté et arrive à nous donner une bonne leçon d'histoire de l’Écosse sans être aride ou rébarbatif. On apprend ainsi énormément de choses sur la tentative avortée de retour du roi Jacques, de sa protection - somme toute relative - du roi de France, son exil avec sa cour à Saint-Germain, des complots ourdis par les nobles jacobites restés au pays, des espions au service de la reine Anne d'Angleterre, etc.
Si les histoires d'amour vous hérissent le poil, passez votre chemin car vous en aurez deux pour le prix d'une : une en 1708 et l'autre au présent. J'avoue que cette dernière est d'ailleurs plus crédible.
En effet, si on s'attache rapidement et facilement au personnage de Sophia, je n'ai rien perçu chez cette jeune femme susceptible de déclencher les passions chez deux hommes, qui ne sont pas des jouvenceaux prépubères mais des soldats avec de la bouteille. Même si elle est très intelligente et fine observatrice, j'ai eu du mal à comprendre d'où venait l'aura qu'elle pouvait dégager. Mais bon, l'amour et ses mystères sans doute. Je dois manquer curellement de romantisme en ce moment. *^^*
Les personnages qui peuplent le roman ont tous leur importance, avec bien sûr la comtesse d'Erroll en premier plan, qui accueille Sophia un peu comme sa fille et lui accorde sa confiance. En même temps, il est difficile de recevoir des conspirateurs d'Ecosse et de France sans que cela se remarque un minimum ! Petit bémol sur le personnage de Billy Wick, le jardinier, anormalement cliché alors que tous les autres sont nuancés et crédibles. Je suppose qu'il fallait un vrai méchant pour les besoins de l'intrigue....
Je ne ferai aucune allusion à Diana Gabaldon et sa série La rose et le tartan auquel ce livre a été souvent comparé pour la simple et bonne raison que je ne l'ai pas lu. Je serais bien en peine de vous dire s'il y a des ressemblances ou pas.
Vous aimez l'Ecosse, les paysages battus par le vent, les histoires d'amour intemporelles et l'Histoire, ce roman est fait pour vous !

Editions Charleston, 2015, 448 p.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire