dimanche 14 octobre 2018

"Lethal White" de Robert Galbraith



Résumé : Suite à l'arrestation de celui que la presse a surnommé "the Shacklewell ripper", les affaires reprennent pour Strike et son associée Robin. Mais déboule dans leur bureau Billy, un jeune homme très agité qui est persuadé d'avoir assisté à l'assassinat d'un enfant des années plus tôt. En parallèle, les deux détectives sont contactés par un ministre victime de chantage. Des lignes qui apparaissent parfois parallèles peuvent être amenées à se croiser.

Pourquoi ce livre : parce que les 3 tomes précédents ont vraiment su me séduire et que je suis tombée sous le charme de Cormoran Strike.

Avis : Deux ans que j'attendais cette opus, autant vous dire que je l'ai pré-commandé dès que j'ai pu et que je me suis jetée dessus à peine reçu. D'ailleurs, j'ai fait une entorse à ma règle du "livre format poche seulement" car c'est un hardcover gros comme un parpaing (Monsieur est "ravi").

dimanche 7 octobre 2018

"La mélodie familière de la boutique de Sung" de Karin Kalisa


Résumé : Minh est bien embêté car il doit amener à l'école un "objet culturel" de son pays d'origine. Le petit garçon est né en Allemagne mais sa famille vient du Vitenam. Sa grand-mère exhume donc de ses affaires une marionnette traditionnelle en bois et accompagne son petit-fils pour la faire bouger. Cette intervention aura des répercutions insoupçonnées dans tout le quartier de Prenzlauer Berg. Une petite goutte d'Asie s'est échappée et il sera dur de l'arrêter.  

Pourquoi ce livre : repéré lors de sa sortie en poche et acheté lors d'une opération 2 = 3. 

Avis : Nous voici devant une jolie histoire, pleine de bons sentiments sans tomber pour autant dans le niais. C'est léger et ça se lit très vite et c'est exactement ce que j'avais envie de lire.

mercredi 29 août 2018

"La mandoline du Capitaine Corelli" de Louis de Bernières


Résumé : L'île de Céphalonie se dresse fièrement au milieu de la mer Ionienne. Cette terre antique, chargée d'histoire et de croyances va être au centre de la tourmente. La Seconde Guerre mondiale voit survenir l'invasion italienne puis allemande, avec son lot de privations et d'exactions. Pélagie, jeune habitante, reste sans nouvelles de son fiancé qui ne répond pas à ses lettres. Pendant ce temps, elle doit héberger sous son toit un officier italien joueur de mandoline et fondamentalement pacifiste. La cohabitation s'avère difficile mais laisse place à des sentiments plus troubles. Quel espoir nourrir quand les horreurs de la guerre se rapprochent ?

Pourquoi ce livre : repéré il y a des années dans la bibliothèque parentale, le moment était venu de le lire !

Avis : Soyons direct, ce livre est un énorme coup de coeur.
Avec lui, j'ai fait l'expérience de montagnes russes émotionnelles, j'ai alterné entre joie, légèreté, horreur, colère, bref toute une palette de sentiments. C'est beau, c'est magnifique, c'est prenant, c'est tragique, c'est, c'est... j'en perd mes mots.
Voici un roman où la petite histoire se mêle à la grande, où des destins individuels croisent celui de Nations. Il y est question de bravoure et de lâcheté ordinaire, du quotidien sous l'occupation italienne, des privations, des humiliations, de la débrouille, de la différence entre soldats Italiens et soldats Allemands.

mardi 21 août 2018

Saga "Six of Crows" de Leigh Bardugo



Résumé : Parmi les gangs sévissant à Ketterdam, les Dregs comptent dans leur rang le mystérieux et féroce Kaz Brekker. Poussé par l'appât du gain, il accepte la mission suicide d'un riche marchand : délivrer du Palais des Glaces un scientifique responsable de l'invention du jurda parem, drogue permettant de démultiplier de façon spectaculaire les pouvoirs des magiciens, les Grishas.
Seul problème, c'est une forteresse imprenable tenue par les redoutables soldats Drüskelle. Personne n'en est jamais sorti vivant.
Pour réaliser son coup, Kaz réunit autour de lui un groupe de 5 hors-la-loi : un tireur, un ancien détenu, un spécialiste des explosifs, une espionne et une soigneuse Grisha.
Survivront-il assez longtemps pour empocher la récompense de 30 millions de Kruges ?

Pourquoi ce livre : reçu lors du swap Do It Yourself organisé sur Livraddict.

Avis : Voici un diptyque très fouillé puisque les deux tomes se partagent sur... 1200 pages... Si vous voulez du léger, passez-donc votre chemin !

lundi 30 juillet 2018

"Socrate, un homme dangereux" de Christopher Bouix



Résumé : Vie et mort du philosophe grec Socrate, qui savait qu'il ne savait rien.

Pourquoi ce livre : J'ai des envies de philosophie depuis plusieurs années, ainsi quand ce livre est passé entre mes mains, je l'ai kidnappé pour le lire !

Avis : En terminale, ma première dissertation de philo avait pour sujet "la philosophie est-elle dangereuse ?". Tout un programme....... du coup le titre de cette biographie m'a bien fait sourire. D'ailleurs, nous avions dû lire L'apologie de Socrate de son disciple Platon (Je profite de cet article pour remercier publiquement mon frère de m'avoir aidée à rédiger cette dissert !).
Socrate, citoyen d'Athènes, est né en -469 d'un père tailleur de pierres. A cette époque, la cité est florissante et règne sur toute la Grèce malgré des tensions certaines avec sa rivale Sparte. Très vite, le jeune garçon réalise que cette vie de labeur manuel n'est pas pour lui et le voilà qui traîne dans le quartier mal-famé du Céramique. Là, il côtoie une foule bigarrée mais aussi les premiers penseurs qui le décideront à consacrer sa vie à la philosophie. Mais lui ne se considère pas du tout comme un sage et fait preuve toute sa vie d'humilité. "Il est important de bien comprendre la différence entre sophiste (celui qui possède le savoir) et philosophe (celui qui tend vers le savoir). La nuance est de taille" (p.53). 
Pour Socrate, son rôle consiste à titiller, questionner son interlocuteur pour lui faire comprendre que rien n'est sûr, qu'une réponse ne vaut pas forcément mieux qu'une autre. Ainsi, il ne prendra jamais d'élève, ne donnera jamais de cours. Il passera sa vie sur l'Agora, à interpeller les passants. Mais sa neutralité, son humour piquant se retourneront contre lui et le conduiront à être jugé par les Athéniens (et aussi le fait que deux de ses amis proches, devenus stratèges, tomberont en disgrâce). 
Jusqu'au bout lors de son procès, il mettra ses compatriotes face à leurs contradictions. La droiture de cet homme, ses dernières paroles, m'ont absolument laissée sans voix d'admiration !

Là où ce livre est une vraie réussite, c'est que non seulement il décrit de façon passionnante la vie de Socrate mais il replace Athène et la Grèce dans leur contexte historique. Rivalité avec Sparte, invasion de la Sicile, guerre du Péloponnèse, c'est passionnant et éclairant ! On voit ainsi comment cette cité richissime et influente sombre peu à peu dans le chaos suite aux mauvais choix de stratèges. A cela s'ajoute également la peste qui décime la population. On y voit de près le fonctionnement - et les limites - de cette démocratie, l'implication des citoyens, la place de la femme, etc. PASSIONNANT !
On y croise aussi des personnages hauts en couleurs dignes d'un roman d'aventure. Mention spéciale à Alcibiade, ami (amant ?) de Socrate dont la vie, faite d'excès et de rebondissements, est à peine croyable ! 
A lire d'urgence :)


Ecole des loisirs, 2017, 260 p.

mardi 10 juillet 2018

"Le mystère Henri Pick" de David Foenkinos



Résumé : Delphine, éditrice, rentre chez ses parents en Bretagne le temps d'un week-end. Par curiosité professionnelle, elle se rend dans une bibliothèque un peu spéciale. Là, l'ancien bibliothécaire a patiemment récolté des manuscrits refusés par des éditeurs, leur offrant finalement un lieu de visibilité. Au milieu de ce joyeux foullis, elle découvre une véritable pépite littéraire. C'est le début d'une gloire posthume pour Henry Pick, son auteur, mais également le point de départ d'une nouvelle vie pour tous ceux que le livre touche de près.

Pourquoi ce livre : repéré à sa sortie en poche, c'est finalement une amie qui me l'a offert.

Avis : Le résumé avait attisé ma curiosité, aussi quand je l'ai reçu en cadeau surprise, j'étais très contente. Je ne pensais pas l'entamer tout de suite mais le thème de juillet pour le challenge des 12 thèmes est une couverture avec du bleu...
Le pitch de départ est très intéressant : imaginez une bibliothèque contenant tous les manuscrits refusés par les éditeurs. On peut tout à fait imaginer qu'au milieu de cet amas disparate se trouvent de véritables trésors qu'un éditeur aura laisser filer. J'ai beaucoup aimé cette idée.

dimanche 24 juin 2018

"Je te vois " de Clare MacKintosh



Résumé : Zoé, employée d'un cabinet immobilier, prend tous les jours le métro londonien pour se rendre à son travail. Sa routine est bien réglée pour arriver à l'heure au bureau. Un soir, alors qu'elle feuillette un quotidien gratuit récupéré à l'entrée d'une station, son regard est happé par la page des petites annonces de rencontres. Et pour cause, c'est sa photo qu'elle reconnaît à côté d'un numéro de téléphone et d'un site. Qui a bien pu la faire paraître ? Et surtout pourquoi ?

Pourquoi ce livre : Une envie de thriller + parfait pour le thème de juin du Challenge des douze thèmes : Juin : « Sous les pavés, la page » →  un pavé de 500 pages ou plus

Avis : Je lis assez peu de thriller, j'essaie donc régulièrement d'en choisir un pour sortir de ma zone de confort. Ce n'est pas que je n'aime pas mais les émotions fortes et moi, c'est compliqué. 
Ce roman-ci m'a fait de l'oeil sur la table des nouveautés, le moment était venu !
Le démarrage a été relativement lent en ce qui me concerne même si j'ai bien conscience que l'auteur doit poser un décor et une ambiance. Le problème vient surtout du fait que je n'ai accroché ni au personnage de Zoé, ni à celui de Kelly, la policière. C'est embêtant tout de même puisqu'il s'agit des deux personnages principaux !!! Sans être antipathiques, elles n'ont pas du tout réussi à faire en sorte que je m'intéresse à elles et donc que j'adhère à leurs problèmes.
En même temps, la banalité de la vie de Zoé montre que cette histoire pourrait arriver à n'importe qui.... Kelly est beaucoup plus irritante en revanche...
Mais je vous rassure, il y a beaucoup de positif dans ce récit ! Si si !!
L'intrigue bien sûr, ce pour quoi j'ai acheté le livre finalement. Le point de départ est vraiment prenant et le déroulé - comme toujours 😉 - monte en intensité. J'ai enchaîné les pages de plus en plus vite car je voulais vraiment savoir qui se cachait derrière tout ça. Les chapitres alternent les points de vue entre Zoé et Kate, plus des passages écrits par l'esprit torturé de celui qui a inventé le concept. C'est assez dynamique pour le lecteur.
L'ensemble est assez bon mais il manque pour moi un petit supplément d'âme côté personnages pour faire de moi une lectrice pleinement statisfaite !



Le livre de poche, mars 2018, 540 p.

mercredi 13 juin 2018

"Hazel wood" de Melissa Albert



Résumé : Alice est la petite fille d'une auteure célèbre pour ses contes très sombres et dont le livre, quasi introuvable, a atteint pour ses fans le statut de culte. Mais l'adolescente ne connait pas sa grand-mère. Elle et sa mère ont passé leur temps à se déplacer de ville en ville, fuyant sans s'en rendre compte une sorte de malchance. Quand elles atterrissent à Brooklyn, le sort qui s'acharnaient sur elles semblent les avoir oubliées. Mais la mère d'Alice est enlevée et le message qu'elle laisse derrière elle est clair : ne t'approche pas de Hazel Wood. Alice n'a pas d'autre choix que de suivre cette unique piste, sur les traces de sa mère et à l'endroit où tout a commencé pour sa grand-mère.


Avis : Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en entamant ce livre, je pensais avoir à faire à une histoire de contes de fées détournés, en plus sombres et plus adultes que les contes standards. Le roman commence très bien, avec un côté horreur / sinistre de plus en plus prégnant. 

dimanche 3 juin 2018

"Prenez soin du chien" de J. M. Erre



Résumé : Les 5 et 6 de la rue Doulce-Belette abritent une série d'occupants particulièrement hauts en couleur. Au milieu de ces locataires, Max Corneloup et Eugène Fluche s'épient à travers leurs fenêtres, notant les moindres faits et gestes de la partie adverse. Alors quand un cadavre est retrouvé, la paranoïa monte d'un cran. Le coupable est-il dans l'un des immeubles ?

Pourquoi ce livre : j'avais absolument adoré Le mystère Sherlock, il fallait donc que je poursuive ma découverte de cet auteur.

Avis : Il s'agit du premier livre de J.M. Erre et autant dire que l'auteur attaque tout de suite dans le loufoque et l'absurde.

mercredi 23 mai 2018

"Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaëlle Giordano




Résumé : Camille, 38 ans, souffre sans le savoir d'un ras-le-bol du quotidien. Mais comment le savoir quand on a finalement tout pour être heureuse : un fils, un conjoint, un travail stable ? Elle tombe par hasard sur Claude, routinologue, qui va lui ouvrir les yeux et lui proposer de l'accompagner dans sa reconquête du bonheur.

Pourquoi ce livre : commencé il y a fort longtemps car le thème du développement personnel m'intéresse, je l'avais abandonné au bout de quelques pages.... avant de le reprendre pour le thème de mai du Challenge des douze thèmes "Mignonne, allons voir si la rose => une couverture ou un titre avec des fleurs".

Avis : Ma première impression reste la même : c'est un livre destiné à mettre du développement personnel entre les mains de ceux qui ne seraient pas forcément allés dans ce rayon en librairie.

lundi 14 mai 2018

"Darkwind t1 : mécanique infernale" de Sharon Cameron


 Résumé : Angleterre, 1852. La jeune Katharine est mandatée par sa tante et tutrice pour se rendre auprès de son oncle et faire prouver qu'il est fou. La manœuvre permettra ainsi à la tante d'être gérante du vaste domaine et d'assurer à Katharine un revenu. Mais lors de son arrivée à Darkwind, la jeune femme réalise que son oncle, certes excentrique, est avant tout un inventeur de génie qui permet à des centaines de personnes de travailler. Va-t-elle tout remettre en cause pour faire plaisir à sa tante ?

Pourquoi ce livre : des fois, dans la vie, on a de chouettes surprises : je discutais avec une collègue avant de découvrir qu'elle était aussi fan du genre steampunk ! Elle m'a donné quelques titres de sa bibliothèque perso et je suis tombée sur celui-là par hasard.

Avis : 1er tome d'un diptyque, Darkwind nous plonge dans un univers mêlant touches de gothique et de steampunk. Il ne s'agit pas d'un environnement steampunk dans le sens strict du terme - pas de zeppelin dans le ciel et autres machines infernales utilisant la vapeur. Le côté steampunk vient des inventions de l'oncle, automates plus perfectionnés les uns que les autres. C'est surtout le côté gothique qui l'emporte, avec un sombre manoir aux pièces nombreuses et lugubres, au vent qui gémit près des fenêtres le soir. Il y a aussi un aspect romantique en filigrane qui heureusement ne vient pas du tout noyer le reste.
A noter, Sharon Cameron s'est inspirée du Duc de Portland et de son domaine de Welbeck pour créer le personnage de l'oncle Tully.
Le décor d'ensemble m'a beaucoup plu et j'avoue qu'il rachète pas mal le reste. Parce que pour ce qui et de l'intrigue et de l'action, le moins que l'on puisse dire c'est que tout ça n'est pas mené tambour battant. Pour faire bref, tout s'accélère dramatiquement à la page 250... sur 400. J'ai donc longtemps attendu que la trame principale décolle.
Certes, je pourrais dire que l'auteure prend son temps pour créer l'ambiance, décrire les personnages, le mode de fonctionnement du domaine, pour instiller un peu de tension. Mais j'avais envie de voir l'héroïne prise dans une machination quelconque alors que ce sont surtout ses états d'âmes qui nous bercent une bonne partie de l'histoire. Heureusement, elle gagne en maturité et en épaisseur au fil des pages. Son dilemme reflète bien la triste condition féminine : doit-elle trahir son oncle et s'assurer un avenir, aussi maigre soit-il ou doit-elle le défendre au risque de se retrouver seule et sans le sou ?
Je suis curieuse de connaître la suite de Darkwind mais je ne suis pas non plus dans une fébrilité insoutenable, ce tome pouvant - presque - se suffire à lui-même. A l'occasion donc, si je mets la main dessus !

Bayard, 2015, 408 p.

dimanche 6 mai 2018

"Le linguiste était presque parfait" de David Carkeet


Résumé : L'institut Wabash sert à la fois de crèche et de lieu d'étude autour de l'acquisition du langage des enfants. Quand un membre de l'équipe est retrouvé mort, c'est la suspicion générale. Les collègues, déjà peu soudés, s'observent en chiens de faïence. L'un d'eux, Jeremy Cook, décide de mener sa propre enquête et va aller de découverte en découverte.

Pourquoi ce livre : gagné sur le compte Twitter des éditions Points l'année dernière, j'ai profité d'un voyage en train pour l'extirper de ma PAL.

Avis : Sans rentrer trop dans les détails, je baigne dans la linguistique depuis que je suis petite. Du coup, j'étais sincèrement enthousiasmée à l'idée de lire ce roman qui m'avait l'air tout à fait décalé.

mardi 24 avril 2018

"Jefferson" de Jean-Claude Mourlevat



Résumé : Jefferson le hérisson se rend chez le coiffeur pour se faire tailler sa houppette. Mais une mauvaise surprise l'attend au salon : le propriétaire gît mort derrière son comptoir. Tout accuse le hérisson du meurtre. Notre jeune héro, pris de panique, prend la fuite. Aidé de son ami Gilbert le cochon, il décide de mener l'enquête pour découvrir qui a tué M. Edgar, blaireau de son état. Sa quête le mènera au pays des hommes où il fera de bien sombres découvertes.

Pourquoi ce livre : J'ai eu envie de me replonger dans l'univers jeunesse de l'auteur que j'avais laissé avec La rivière à l'envers avant de lire Et je danse, aussi...

Avis : Je suis sensibilisée à la cause animale, j'adhère à des associations de protection de la nature, j'essaie doucement mais sûrement de devenir végétarienne (mais pas facile avec trois hommes à la maison qui aiment leur beefsteak...), autant dire que cette histoire m'est allée droit au cœur ! Sans gâcher l'intrigue,  j'ai même franchement versé ma petite larme au chapitre 11.

lundi 16 avril 2018

"Le magicien d'Oz" de L. Frank Baum




Résumé : Dorothy habite au Kansas avec son oncle et sa tante. Lors d'une tornade, sa maison est emportée très loin de chez elle et atterrit au pays d'Oz. La jeune fille part à la rencontre du prodigieux magicien qui règne sur ce pays pour lui demander de la ramener chez elle. En chemin, elle fait la connaissance d'un lion peureux, d'un épouvantail et d'un homme de fer qui vont l'aider dans sa quête. Les voilà partis pour la cité d'émeraude !

Pourquoi ce livre : repéré dans la bibliothèque parentale, il tombait à pic pour le mois d'avril du challenge des douze thèmes (lire un classique).

Avis : Du Magicien d'Oz, je connaissais comme beaucoup le film de 1939 avec Judy Garland et dont le tournage chaotique est devenu légendaire. J'avais beaucoup aimé étant petite même si les singes volants et la méchante sorcière de l'Ouest m'avaient bien fait peur.
Ce fut un réel plaisir de lire ce livre dont l'anglais - même si un peu daté (1900) - est plus qu'accessible. 

samedi 7 avril 2018

"Il ne fait jamais noir en ville" de Marie-Sabine Roger





Résumé : Une jeune femme employée modèle et corvéable se découvre un pouvoir de résistance lorsqu'elle adopte un chat. Un voisin de pallier se révèle plus inquiétant que sympathique. Une vieille dame doit laisser derrière elle sa maison à la campagne pour habiter une maison de retraite en ville. Autant de portraits courts et incisifs qui nous montrent que la réalité n'est finalement qu'une question de point de vue !

Pourquoi ce livre : je poursuis ma découverte de l’œuvre de Marie-Sabine Roger dont j'aime beaucoup la plume.

Avis : Repéré par hasard à la bibliothèque, j'ai lu ce court recueil de nouvelles à l'occasion d'un déplacement en train et j'ai enchaîné les histoires sans m'en rendre compte.

vendredi 30 mars 2018

"Laissez-moi" de Marcelle Sauvageot

 
Résumé : Une jeune femme soigne sa tuberculose dans un sanatorium, loin de celui qu'elle aime. Mais alors qu'elle se désespère de le retrouver, celui-ci lui envoie une lettre de rupture, lui annonçant qu'il se marie à une autre. C'est le choc. La jeune femme choisit alors de revenir sur leur relation et d'ouvrir les yeux sur tous ces signes avant-coureurs qu'elle avait refusé de voir. Cette prise de conscience l'aidera-t-elle à dépasser cette terrible désillusion ?

Pourquoi ce livre : dans ma PAL depuis un moment, le thème de mars du challenge des douze thèmes m'a motivée (« La Fille de la Bande » →  un livre dont l’héroïne est une femme et dont l'auteure est une femme aussi) !

Avis : Cette œuvre est difficile à qualifier dans sa forme : ce n'est pas à proprement parler un roman épistolaire car l'auteur n'envoie pas de lettres. Pourtant elle s'adresse bien à celui qui l'a quittée. Ce n'est pas franchement un journal intime non plus. Certaines entrées sont datées, d'autres non. Le récit en lui-même est très bref, 70 pages environ. Le vocabulaire possède un certain charme désuet, l’œuvre datant de 1933. 

lundi 26 mars 2018

"Black Hammer t1 : origines secrètes" de Lemire, Ormston et Stewart




Résumé : Arrachés à leur univers de super-héros par une crise multi-dimensionnelle, les champions de Spiral City vivent désormais telle une famille dysfonctionnelle, prisonniers du quotidien paisible d'une petite bourgade américaine.

Pourquoi ce livre : Reçu dans le cadre de l'opération #1blog1BD de Rakuten-PriceMinister qui a lieu tous les ans.

Avis : On est loin, LOIN du style de BD / comics que je lis habituellement. J'ai été séduite par le côté steampunk de la couverture mais toute référence au genre s'arrête là. L'ensemble est particulièrement sinistre voire inquiétant mais ce n'est pas forcément négatif.

dimanche 18 mars 2018

"Le chapeau de Mitterrand" d'Antoine Laurain

 
Résumé : Daniel Mercier, cadre en entreprise, est attablé seul dans une brasserie parisienne quand François Mitterrand s'installe à la table voisine. En repartant, le chef de l’État oublie son feutre sur la banquette. Daniel s'en empare alors et tel un objet magique, le chapeau va changer sa vie. Quand il le perd, c'est au tour d'autres personnes de voir leur vie basculer pour le meilleur.

Pourquoi ce livre : acheté il y a moult temps sur les conseils de Miss Léo, je l'extirpe enfin de ma PAL.

Avis : J'aurais dû le lire il y a bien longtemps ! La galerie de personnages fait qu'on ne s'ennuie pas, chacun ayant une histoire complètement différente. On s'attache à ces quatre propriétaires qui grâce au feutre présidentiel vont reprendre leurs vies en main. Le changement est pour chacun assez radical, provenant d'une prise de conscience plus ou moins instantanée. Disons que dans chaque cas, il y a un déclic. Les chapitres sont brefs et j'ai pris un réél plaisir à suivre l'évolution de tout ce petit monde. Je trouve l'idée très chouette, qu'il suffit d'un rien pour reprendre contenance et aller de l'avant.

dimanche 11 mars 2018

"The paradise" mini-série from the UK



J'ai découvert cette série sur un compte Instagram et elle m'a été offerte par mon chéri (sur de "vagues suggestions" de ma part donc 😇)
Il s'agit d'une relecture de Au bonheur des dames que j'ai relu (et autant aimé) il n'y a pas longtemps. Ainsi l'héroïne est une certaine Denise et le parton du grand magasin The Paradise s'appelle Moray (au lieu de Mouret en VO). Même si on s'éloigne du roman de Zola par beaucoup d'aspects, on retrouve la fièvre des grands magasins, les coups publicitaires, la frénésie d'achat, les coups-bas entre vendeurs, etc. Par contre, les petits commerçants de la rue sont survolés, pratiquement rien n'est dit sur la mort du commerce de détail et la lutte intestine qu'ils livrent contre le mastodonte The Paradise.
Nous sommes dans les débuts du prêt à porter à une époque où la bourgeoisie et la noblesse ne jurent que par les vêtements faits sur-mesure par une couturière.
Je n'accroche pas trop au jeu de l'actrice qui incarne Denise, c'est dommage. Le coffret comporte deux saisons de 8 épisodes chacune. L'anglais est tout à fait compréhensible avec une pointe d'accent du nord tout à fait charmante. J'ai préféré la deuxième saison, grâce à la présence de Lord Weston notamment, personnage complexe s'il en est.
Ce n'est pas la série du siècle mais je passe un bon moment ! Vous connaissiez ?

BBC, 2013.

lundi 5 mars 2018

"Amelia" de Kimberly McCreight



Résumé : Kate est interrompue en plein milieu d'une réunion ultra importante par un appel téléphonique du lycée de sa fille. On lui demande de venir chercher l'adolescente le plus rapidement possible suite à une exclusion. Quand elle arrive sur place, elle découvre que sa fille a entre-temps sauté du toit. La stupeur et l'incompréhension laissent place au chagrin et à la douleur. Mais quelques semaines après le drame, Kate reçoit un sms... "Amelia n'a pas sauté". La trentenaire met alors tout en œuvre pour découvrir ce qui a pu réellement se passer. Mais pour cela, elle doit se plonger dans les sms, les mails et autres comptes sur les réseaux de sa fille et mettre à jour des vérités que des parents ne souhaitent jamais connaître.

Pourquoi ce livre : repéré il y a quelques temps, j'ai profité d'une opération 1 + 1 = 3 livres pour le prendre.

Avis : Thriller psychologique habile, Amelia nous emmène à la suite de Kate, avocate new-yorkaise qui vient de perdre sa fille dont le prénom donne son titre au roman. En parallèle de sa recherche de vérité, nous suivons les derniers jours d'Amelia dont le quotidien va être bouleversé en cette rentrée de septembre. On sait donc à quoi s'en tenir dès le début puisque le livre s'ouvre sur la scène où Kate apprend que sa fille est morte. Aucun espoir de sauver l'adolescente au fil des pages donc !

dimanche 25 février 2018

"Sauveur & fils saison 3" de Marie-Aude Murail



Résumé : Le cabinet de Sauveur Saint-Yves ne désemplit pas. A ses patients habituels - Blandine, Samuel, Ella - se succèdent de nouveaux venus qui confient leurs angoisses au psychologue. De Maïlys, à peine 4 ans, que ses parents délaissent au profit de leurs smartphones, à Gervaise Germain, retraitée pleine de tocs, tous témoignent d'une souffrance certaine. Sauveur sait qu'il n'est pas un dieu, mais il tente avec eux de les faire avancer. Ce n'est pas tout à fait le cas de sa vie privée - VP - car Louise et ses enfants ne se sont pas encore installés rue des Murlins.

Pourquoi ce livre : parce que je me suis lancée dans la saga et qu'une fois commencée, c'est dur de s'arrêter !

Avis : j'ai enchaîné les trois premiers tomes, ce qui constitue un avis en soi me direz-vous. Si je n'aimais pas, je me serais arrêtée au 1er ! L'ensemble ne fléchit pas ce qui est suffisamment rare dans une saga pour être signalé.
On retrouve avec plaisir les habitants du 12 rue des Murlins : Sauveur et Lazare bien sûr, mais aussi Gabin (j'avoue avoir un faible pour ce personnage dont j'apprécie le sens de l'humour) et Jovo qui y ont pris tous deux leurs quartiers.
On découvre un Sauveur finalement moins lisse et parfait qu'il n'y paraît, empatouillé dans des problèmes de transfert / contre-transfert avec des patients. Je n'en dirai pas plus pour ne pas gâcher cette trame. Même si globalement, il s'en sort plutôt bien avec tous ses patients (ou "clients" comme dirait Louise), il n'est pas à l’abri de loupés ce qui le rend plus crédible aussi. Ses lectures du soir me font toujours autant rire ! Sa phrase que je retiens - allez donc savoir pourquoi : "Louise, pars du principe que, quoique tu fasses avec tes enfants, tu as TORT. Tu verras, c'est très soulageant". :o)
Je me suis attachée aussi à tous ses patients, qui viennent avec des problèmes plus ou moins lourds. L'histoire d'Ella me touche ainsi beaucoup, on voit bien les ravages que peuvent faire les réseaux sociaux et la méchanceté ordinaire.
L'actualité de 2015 rattrape le lecteur puisque Gabin doit aller avec un copain au concert des Eagles of Death Metal... au Bataclan.... en novembre... C'est très subtilement amené et j'ai aimé la façon dont Marie-Aude Murail décrit l'impact de ce terrible épisode, notamment sur les plus jeunes. 

Bref, cette saga est une vraie réussite, avec une galerie de personnages loin d'être parfaits mais cohabitant tous ensemble sous la plume de l'auteur. Ça fait du bien au cœur et au moral, alors que demander de plus ?

Message à l'éditeur : virez-moi ces cochons d'Inde des couvertures ! #TeamHamster

Si vous voulez un autre avis, je vous encourage à aller voir le site de Soukee qui a lu ce tome avec moi dans le cadre d'une lecture commune ! 

Ecole des loisirs, 2017, 310 p.

mardi 20 février 2018

"La lampe d'Aladino" de Luis Sepulveda



Résumé : Douze histoires emmènent le lecteur à travers les époques et les continents, Luis Sepulveda faisant revivre la mémoire d'amis chers disparus ou de personnages de légendes. (en fait, c'est assez difficile à résumer ! 😁)

Pourquoi ce livre : acheté sur un coup de tête il y a très longtemps dans une librairie spécialisée dans le voyage.

Avis : Voici une lecture que j'ai laissée en suspens assez longtemps, sans doute parce que j'ai senti qu'elle était emprunte de mélancolie et abordait des thèmes assez sombres comme l'exil et la solitude. On n'a pas toujours envie de ça ! Le sous-titre est d'ailleurs "et autres histoires pour vaincre l'oubli".

vendredi 9 février 2018

"Sauveur & fils saison 1" de Marie-Aude Murail



Résumé : Sauveur Saint-Yves, psychologue clinicien, reçoit en consultation une kyrielle de patients qu'il cherche à aider du mieux qu'il peut. Comment rester insensible face à Ella qui aimerait s'appeler Elliot, aux deux sœurs Blandine et Margaux prises en étaux entre leurs deux parents divorcés, à Gabin qui sèche les cours et dont la mère est en plein délire paranoïaque ? Mais Sauveur, une fois la porte de son cabinet refermé, doit élever seul son fils Lazare à qui il n'arrive pas à parler de sa maman décédée. Séparer sa vie professionnelle et sa vie privée - VP - n'est pas toujours une mince affaire.

Pourquoi ce livre : vu partout sur la blogosphère avec des commentaires élogieux, j'ai voulu me faire mon idée.

Avis : Sauveur porte bien son prénom et tient le livre sur ses épaules. Certes, une galaxie de personnages attachants s'offre aux lecteurs, notamment les ados qui viennent en consultation, mais le personnage central, par qui tout converge, reste le psychologue.

samedi 27 janvier 2018

"J'arrête de râler" de Christine Lewicki



Résumé : C'est un fait : nous râlons en moyenne 15 à 30 fois par jour... Si cela devient vite insupportable pour notre entourage, c'est finalement tout aussi énervant et fatigant pour nous-mêmes. Mais comment faire pour endiguer le phénomène ? Christine Lewicki a fait le pari d'arrêter de râler pendant 21 jours consécutifs ! Elle vous propose de relever le défi et de tourner le dos à ces frustrations et ces désagréments que le grognement engendre, pour retrouver sérénité, calme et plaisir de vivre.
Une méthode simple en quatre phases, très efficace pour transformer son quotidien : se lancer le challenge ; en prendre conscience ; constater les premiers bénéfices et consolider ses acquis ! (4ème de couverture)

Pourquoi ce livre : évoqué par une collègue lors d'un stage sur la communication non-violente (CNV).

Avis : Après une bonne année passée sur mes étagères, je me suis décidée début janvier à ouvrir ce livre offert à Noël dernier. Je vous vois sourire, hein ! "On a essayé de lui faire passer un message avec ce cadeau !". Et bien pas du tout, je l'ai demandé. Na.
Sans rentrer dans les détails de ma vie, j'ai eu un gros ras-le-bol l'année dernière face à un trop plein de négativité, malveillance, méchanceté, cynisme, fatalisme, notamment au boulot. J'avais l'impression d'être dans un bocal à cornichons : coincée et acide. Et surtout, je ne remarquais plus que ça alors que plein de choses positives avaient quand même lieu.

samedi 20 janvier 2018

"Agatha Raisin tomes 3 & 4" de M. C. Beaton



J'ai découvert cette série l'année dernière (comme tout le monde !) et même si les débuts furent un peu rugueux avec l'héroïne, j'ai fini par m'y attacher et apprécier ses aventures. Le Père Noël - qui visiblement tient sa liste à jour - m'a apporté les tomes 3 & 4. Je les ai lu dans la foulée car ce sont des lectures détentes par excellence.

lundi 15 janvier 2018

Swap développement personnel

J'ai bien envie en ce début 2018 de participer à un swap, alors je me suis dit qu'il était peut-être temps d'en organiser un...
Le mois de janvier est traditionnellement celui des bonnes résolutions et des nouveaux départs, le thème est donc tout simple : le développement personnel et le bien être.

Derrière cette expression se cachent tout un tas de définitions, qu'on parle de gestion du stress, communication non violente, parentalité positive, méditation, lâcher prise, hygge et lagom, etc, etc. C'est finalement suffisamment vaste pour que chacun trouve une thématique qui l'intéresse.


Concernant le colis, voici ce qu'il devra contenir :
- deux ouvrages de développement personnel à définir avec votre binôme en fonction de vos centres d'intérêt OU un ouvrage de développement personnel et un roman en lien avec le thème (dépassement de soi, changement de vie, feel-good, etc)  ;
- une surprise en lien avec le thème : carnet de bonnes résolutions, stylos en tout genre, bullet journal, bougie, boule anti-stress, huiles essentielles, encens, chaussettes doudoune, etc ;
- un marque page ;
- une boisson et / ou une gourmandise ;
- un petit mot.

Pour l'échéance, j'ouvre les inscriptions jusqu'au 10 février. Constitution des colis entre le 11/02 et le 10/03 puis envoi !

Si vous être intéressé(e)s, laissez un commentaire ou contactez moi par MP, je vous enverrai un petit questionnaire. Si vous avez déjà un binôme, n'oubliez pas de le mentionner !

J'espère que l'idée vous plaît ! *^^*



mardi 9 janvier 2018

"Poèmes à rire et à jouer" textes choisis par Elisabeth Brami et illustrés par Emmanuelle Houdart


Je lis assez peu de poésie, c'est le triste constat que je fais régulièrement. En 2017, j'ai commencé petit à petit à choisir des recueils et à en lire quelques pages. 
J'ai ainsi ressorti de ma PAL ce recueil acheté lors d'une rencontre avec Élisabeth Brami il y a bientôt 4 ans. Il fait partie d'une série éditée chez Seuil jeunesse : Poèmes à lire et à rêver, Poèmes à vivre et à aimer, Poèmes à dire et à manger.

dimanche 7 janvier 2018

Challenge des douze thèmes, c'est reparti !



J'avais participé l'année dernière, ce qui m'avait permis de bien creuser dans ma PAL.
A-Little-Bit-Dramatic proposant une nouvelle édition pour 2018, je me suis réinscrite sans hésiter.

Voici les thèmes retenus pour ce nouvel opus :

Janvier : « Silence, ça tourne » → un livre adapté au cinéma ou en série télé
Février : « Jeune premier » → le premier tome d'une saga
Mars : « La Fille de la Bande » →  un livre dont l'héroïne est une femme et dont l'auteure est une femme aussi
Avril : « Haut de forme et queue de pie » →  un classique
Mai : « Mignonne, allons voir si la rose »  → un livre avec des fleurs sur la couverture ou un nom de fleur dans le titre
Juin : « Sous les pavés, la page » →  un pavé de 500 pages ou plus
Juillet :
« Le Grand Bleu » → un livre avec du bleu sur la couverture
Août : « Saga Africa » → un livre dont l'action se situe en Afrique, tous pays confondus
Septembre : « Nos régions ont du talent » → un livre qui met en avant l'une de nos régions
Octobre : « Jack  O'Lantern » →  ce mois-ci nous lirons un livre effrayant, où se croisent fantômes, vampires et autres spectres et revenants... 
Novembre : « Comme on se retrouve » → une relecture
Décembre : « Let it snow » → ce mois-ci, nous lirons un livre sur Noël, le Pôle Nord ou un livre à la couverture hivernale. 

C'est suffisamment vaste pour que j'y trouve mon compte. Toutes les infos sont disponibles ICI.

lundi 1 janvier 2018

Bonne année 2018 !

Même si j'ai peine à le croire, nous voici, DÉJÀ, en 2018.


Je vous souhaite à tous une très bonne année, 
qu'elle soit pleine de bienveillance, patience et gentillesse, avec vous-même et avec les autres. Ça a un côté Bisounours, je vous le concède, mais je trouve malheureusement que ces trois choses manquent cruellement à notre société...


J'ai coutume de ne pas faire de liste de bonnes résolutions car il n'y a rien de pire que d'arriver une année plus tard, les relire et se rendre compte qu'on n'a rien fait ! (ma spécialité)
BREF !!
Voici quand même quelques idées pour mes lectures :
  • continuer, encore et toujours à lire, relire et re-relire avec mes enfants ;
  • sortir encore et toujours de ma zone de confort : essais, poésies et biographies manquent cruellement à ma PAL ;
  • participer à un ou deux swaps, ce que je n'ai pas fait depuis trop longtemps (j'adore le concept !) ;
  • acheter moins (j'entends déjà Monsieur qui ricane dans le canapé) et emprunter plus ;
  • continuer à disséminer les livres lus dans les bibliothèques ouvertes de la ville (j'en ai repéré 2 que j'ai déjà alimentées).