lundi 21 août 2017

"Caraval" de Stephanie Garber




Résumé : Scarlett et sa sœur cadette Donatella sont prisonnières de leur île natale. Sous le joug d'un père cruel, l'aînée s'apprête à faire un mariage arrangé. Mais alors que la date de la cérémonie se rapproche, elle reçoit une mystérieuse invitation pour le jeu de Caraval. Légende, le maître de cérémonie, l'a invitée personnellement. Scarlett a toujours rêvé d'y participer. Aidée de Julian, marin de passage, la jeune fille et sa sœur se rendent en secret sur l'île des songes qui accueille le jeu. Mais à leur arrivée, Donatella est enlevée. Scarlett réalise qu'elle devra à tout prix gagner si elle veut revoir sa sœur. Dans ce lieu étrange où tout n'est qu'illusion, à qui pourra-t-elle se fier ?

Pourquoi ce livre : à force de le voir partout... je mesure vraiment l'impact du marketing et des réseaux sociaux sur les choix des lecteurs... Ça ferait un excellent sujet de thèse (si je faisais une thèse bien sûr ! 😆).

Avis : Voici un livre dont je n'arrête pas de voir la couverture sur les réseaux sociaux. Il faut dire qu'elle est plutôt réussi dans le genre "j'attire l'attention" : paillettes, écriture élaborée, couleurs sombres. Il était sur la table des recommandations ados pour l'été à la BM, je l'ai donc pris sans hésitation.

L'univers créé est un mélange de cirque, conte de fées, d'Alice au pays des merveilles et de carnaval de Venise. Tous ces éléments étant féériques / magiques, ils s'accordent bien.
L'auteur utilise à longueur de pages les champs lexicaux des couleurs et des odeurs ce qui permet au lecteur de se projeter à Caraval. Très malin ! En revanche, le fait que la consigne soit claire dès l'arrivée des participants sur l'île - rien n'est vraiment réel, chacun a une réalité différente - est un peu prétexte au grand n'importe quoi. En effet, les promesses n'ont pas été tenues car le décor reste finalement à peine esquissé (c'est facile de le survoler car tout change tout le temps). Et une bonne partie de l'intrigue se passe... dans des souterrains. 
La forte dose de romance m'a fait tiquer car l'ensemble est cousu de fil blanc concernant le personnage masculin principal, cliché au possible. Alors bien sûr Stephanie Garber sait introduire le doute chez son héroïne - et dans la tête du lecteur - sur l'identité exacte de Julian mais l'explication finale ne m'a pas convaincue. Il y a une ou deux scènes assez intenses et très bien amenées, ce qui est quand même un plus pour ceux qui apprécient le côté fleur bleue.
Je reste malgré tout assez déçue car j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de très bonnes idées mais l'ensemble n'a pas su me convaincre. Les pages s'enchaînent rapidement, c'est déjà ça !
Une suite est prévue mais je pense que ce tome peut se lire tout seul.
NB : tout au long de ma lecture, je me disais "C'est calibré pour le cinéma ça....". Et bien je vous le donne dans le mille : dans les remerciements à la fin, nous apprenons que les droits d'adaptation ont été rachetés par la Twentieth Century Fox...


Bayard, février 2017, 475 p.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire