vendredi 30 mars 2018

"Laissez-moi" de Marcelle Sauvageot

 
Résumé : Une jeune femme soigne sa tuberculose dans un sanatorium, loin de celui qu'elle aime. Mais alors qu'elle se désespère de le retrouver, celui-ci lui envoie une lettre de rupture, lui annonçant qu'il se marie à une autre. C'est le choc. La jeune femme choisit alors de revenir sur leur relation et d'ouvrir les yeux sur tous ces signes avant-coureurs qu'elle avait refusé de voir. Cette prise de conscience l'aidera-t-elle à dépasser cette terrible désillusion ?

Pourquoi ce livre : dans ma PAL depuis un moment, le thème de mars du challenge des douze thèmes m'a motivée (« La Fille de la Bande » →  un livre dont l’héroïne est une femme et dont l'auteure est une femme aussi) !

Avis : Cette œuvre est difficile à qualifier dans sa forme : ce n'est pas à proprement parler un roman épistolaire car l'auteur n'envoie pas de lettres. Pourtant elle s'adresse bien à celui qui l'a quittée. Ce n'est pas franchement un journal intime non plus. Certaines entrées sont datées, d'autres non. Le récit en lui-même est très bref, 70 pages environ. Le vocabulaire possède un certain charme désuet, l’œuvre datant de 1933. 

La protagoniste me semble en avance du point de vue de la place de la femme et du couple dans ses réflexions. Elle déconstruit lentement sa relation pour arriver au constat que finalement, la page est bien mieux tournée. J'ai beaucoup aimé son analyse assez sarcastique des petites phrases convenues comme "votre amitié m'est désormais précieuse" qui sont dites pour ne pas faire de la peine.  La tuberculose est une toile de fond constante puisque c'est la distance générée par la période de soin en établissement spécialisé qui a été une des causes de rupture. L'ensemble se termine sur une note d'espoir malgré le sanatorium lugubre et la maladie.
NB : un cahier central de quelques pages en couleur met en parallèle le roman et des œuvres d'art. Il s'agit ici du thème de baiser. Je trouve que ça apporte un vrai plus à la lecture et que le choix est particulièrement pertinent.


Flammarion, coll. Etonnantissimes !, 2012, 72 p.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire